Alfred Baussart (1883-1915) : Différence entre versions

De Wikipasdecalais
Aller à : navigation, rechercher
(ajout note Le Miroir)
Ligne 12 : Ligne 12 :
  
 
Le départ pour le front a lieu le 10 août 1914, par un bel après-midi, en gare de [[Béthune]], au milieu des ovations et des chants patriotiques. Le régiment arrive à son point de concentration à Landouzy-la-Cour, près de Vervins, le 12 août. Il fait partie du {{4e}} groupe de division de réserve, {{51e}} division d'infanterie (général Boutegourd), {{102e}} brigade (général Leleu)}}
 
Le départ pour le front a lieu le 10 août 1914, par un bel après-midi, en gare de [[Béthune]], au milieu des ovations et des chants patriotiques. Le régiment arrive à son point de concentration à Landouzy-la-Cour, près de Vervins, le 12 août. Il fait partie du {{4e}} groupe de division de réserve, {{51e}} division d'infanterie (général Boutegourd), {{102e}} brigade (général Leleu)}}
 +
 +
Extrait de "Le Miroir" du 17/10/1915 <ref>
 +
[http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6526760h/f10.image le Miroir sur Gallica]</ref> :
 +
 +
{{ Citation|
 +
Partie des abords d' Auberive à gauche et de Ville-sur-Tourbe à droite, l' offensive de Champagne a porté sur un front large de vingt-cinq kilimètres en profondeur, entre l' ancien front de Perthes et la crête de Tahure.
 +
Le front atteint le 6 octobre passe au-dessous de l' Epine de Vedegrange, par la ferme Navarin, la butte de Souain, l' arbre 193, la butte de Tahure, située à la cote 192, Maisons-de-Champagne et au-dessus du bois de la justice. }}
  
 
==Lien interne==
 
==Lien interne==

Version du 6 mai 2014 à 14:37

Son parcours

Alfred Léon Joseph Baussart est né le 13 septembre 1883 à Givenchy-lès-la-Bassée, fils de Léon Jean-Baptiste Baussart et d'Estelle Rosalie Potier ; il exerçait la profession de mineur. Il résida successivement à Givenchy-lès-la-Bassée, puis à Hulluch.

Classe 1903, matricule 1540 au recrutement de Béthune. Caporal au 273e RI. Mort pour la France le 6 octobre 1915, à la ferme Navarin Sommepy (Marne), tué à l’ennemi. Transcription de l’acte de décès à Hulluch le 8 décembre 1920.

Titulaire de la croix de guerre avec étoile de bronze, médaillé militaire à titre posthume[1].

Extrait de l'historique du 273e RI[2] :

« Le départ

Dans la fièvre des premiers jours de mobilisation générale, le 273e reçoit ses réservistes - tous "gars du nord" et mineurs en grand nombre - et organise ses deux bataillons (5e et 6e).

Le départ pour le front a lieu le 10 août 1914, par un bel après-midi, en gare de Béthune, au milieu des ovations et des chants patriotiques. Le régiment arrive à son point de concentration à Landouzy-la-Cour, près de Vervins, le 12 août. Il fait partie du 4e groupe de division de réserve, 51e division d'infanterie (général Boutegourd), 102e brigade (général Leleu) »

Extrait de "Le Miroir" du 17/10/1915 [3] :

«  Partie des abords d' Auberive à gauche et de Ville-sur-Tourbe à droite, l' offensive de Champagne a porté sur un front large de vingt-cinq kilimètres en profondeur, entre l' ancien front de Perthes et la crête de Tahure. Le front atteint le 6 octobre passe au-dessous de l' Epine de Vedegrange, par la ferme Navarin, la butte de Souain, l' arbre 193, la butte de Tahure, située à la cote 192, Maisons-de-Champagne et au-dessus du bois de la justice.  »

Lien interne

Lien externe

Sources

Notes

  1. Journal officiel de la République française, sur Gallica
  2. Historique du 273e Régiment d'infanterie pendant la guerre 1914-1918, sur Gallica
  3. le Miroir sur Gallica
1418Picto.png