Camiers : Différence entre versions

De Wikipasdecalais
Aller à : navigation, rechercher
(Bibliographie)
(Bibliographie)
Ligne 134 : Ligne 134 :
 
*[[François Douchain]], ''Journal d'un pédiatre de campagne'', Le Touquet-Paris-Plage : édition Arthémuse, 1993, 331 pages.
 
*[[François Douchain]], ''Journal d'un pédiatre de campagne'', Le Touquet-Paris-Plage : édition Arthémuse, 1993, 331 pages.
 
*[[Michel Parenty]], ''Châteaux et maisons de campagne du Boulonnais et des pays conquis et reconquis'', Boulogne-sur-Mer, 2006, 31 pages.
 
*[[Michel Parenty]], ''Châteaux et maisons de campagne du Boulonnais et des pays conquis et reconquis'', Boulogne-sur-Mer, 2006, 31 pages.
* [[Yves Lourtil]] : "'''Histoire de Camiers'', Tome I, Mémoire d'Opale ''", 2014, 68  {{p.}}
+
* [[Yves Lourtil]] : ''Histoire de Camiers'', Tome I, Mémoire d'Opale '', 2014, 68  {{p.}}
 +
*[[Yves Lourtil]] : « Camiers pendant la Guerre de 1914-1918 », dans ''Mémoire d'Opale'' ; n° 6, 2014, p. 61-79
  
 
=== Liens internes ===
 
=== Liens internes ===

Version du 12 janvier 2015 à 18:27

Camiers
Administration
Arrondissement de Montreuil-sur-Mer
Canton d'Étaples
Code Insee 62201
Code postal 62176
Intercommunalité Communauté de communes Mer et Terre d'Opale
Statistiques
Population 2 703   hab.
Superficie 16,1 km2 
Densité 167,6  hab. par km2 
Autres
Site web Site officiel


Territoire

Toponymie

Cafitmere en 863, Catmere en 1026, Catmiers en 1084, Camier, Camyer au XIIe : nl kat (mnl cat, catte) = chat, chatte ; nl meer (mnl mere) = lac, pièce d’eau. Étang, la Mere de Camiers en 1292, l’étang du Roi en 1775. [1]

Géographie

En partant de la côte, on rencontre successivement le cordon de dunes littorales, une zone sableuse et couverte de taillis (prolongation des dunes), une dépression Nord-Sud partiellement boisée, occupée par des marais au Nord et un étang au Sud, enfin, à partir de la ville, étendue tout au long de l'ancienne route nationale 40 et du chemin de fer, le sol s'élève rapidement vers un plateau calcaire qui domine de façon très abrupte à l'altitude moyenne de 150-170 mètres.

La station balnéaire de Sainte-Cécile constitue une partie distincte de la commune. Longtemps limitée à la route venant de Camiers-ville sur une profondeur de 600 mètres à partir de la plage, la station s'est étendue depuis 1970 avec des nouveaux lotissements (Parriaux, Opaline, Garennes, Val des Sablons)[2].

Cours d'eau traversant la commune : le Camiers.

Histoire

Patrimoine

Habitat

  • Beauregard
  • La ferme de Florigny

Patrimoine religieux

Patrimoine éducatif

Écoles, collèges, lycées, universités, instituts de formation, universités populaires, ...

Patrimoine économique

Moulins, gares, forges, brasseries, ...

Patrimoine ethnographique

Coutumes et traditions : pratiques locales, costumes, musique, sports, gastronomie, folklore, fêtes traditionnelles, ...

Économie

Données actuelles

Infrastructures et équipements

Collectivités publiques et services : écoles, postes, piscines, bibliothèques, centres sportifs, ...

Vie quotidienne

Associations d'hier et d'aujourd'hui

Des hommes et des femmes

Démographie

Évolution démographique (Sources : Cassini[3] et INSEE[4])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
396 367 410 439 463 529 542 574 579 600
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
669 624 661 665 665 792 860 906 894 966
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
976 1 218 1 684 1 723 1 865 1 214 1 922 1 764 2 088 2 064
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
2 093 2 176 2 252
De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.


Personnes

Élections municipales

Les maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Gaston Callewaert    
2008 2014 Jacques Jupin    
1995 2008 Guy Bassement    
1977 1995 Marcel Rimetz    
    Jules Monsigny    
    Jules Masson    
Vers 1830   Brice Wacogne   Agriculteur
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Les natifs de Camiers décorés de la Légion d'Honneur

Galerie

Vers la galerie d'images...

Notes et liens

Bibliographie

  • Pierre-André Wimet, « Le camp de Camiers », dans Revue de Boulogne ; n° 288, septembre-octobre 1963, pages 147-150.
  • Albert Leroy : Les vieilles fermes du Pays de Montreuil, 1972, t. 1, 271 p. 
  • Henri Mariette, Matériel de production du sel à l'âge du Fer dans le Boulonnais (Pas-de-Calais), 7e congrés international des sciences préhistoriques et protohistoriques, Prague, 1966, p. 55-60.
  • François Douchain, Journal d'un pédiatre de campagne, Le Touquet-Paris-Plage : édition Arthémuse, 1993, 331 pages.
  • Michel Parenty, Châteaux et maisons de campagne du Boulonnais et des pays conquis et reconquis, Boulogne-sur-Mer, 2006, 31 pages.
  • Yves Lourtil : Histoire de Camiers, Tome I, Mémoire d'Opale , 2014, 68 p. 
  • Yves Lourtil : « Camiers pendant la Guerre de 1914-1918 », dans Mémoire d'Opale ; n° 6, 2014, p. 61-79

Liens internes

Liens externes

Notes

  1. Jacques Mahieu : Noms des lieux des cantons d'Étaples et d'Hucqueliers et de leurs confins ainsi que du littoral du Marquenterre, Mémoire d'Opale n° 3, p. 22-39
  2. Rapport de présentation du plan d'occupation des sols de Camiers (1992) (Archives départementales du Pas-de-Calais, 2551 W 9)
  3. Population avant le recensement de 1962
  4. INSEE : Population depuis le recensement de 1962