Pierre Guillain

De Wikipasdecalais
Révision de 31 mai 2018 à 21:04 par IvanP (discussion | contributions) (ajout permalien)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Pierre Guillain

État civil

Pierre Guillain est né le 24 juin 1904 à Armentières (Nord). Il est mort le 14 septembre 1965 à Saint-Omer.

Parcours professionnel et divers

  • Négociant en lingerie).
  • Juge à la Haute Cour de Justice.
  • Membre du conseil d'administration du Centre régulateur des négociations des dommages de guerre.
  • Président d'honneur de la fédération départementale des associations de sinistrés du Pas-de-Calais.

Parcours politique

Mandats et fonctions

  • Républicain indépendant.
  • Député de la 8e circonscription du 9 décembre 1958 au 9 octobre 1962 (groupe : Indépendants et paysans d'action sociale). Secrétaire du bureau de l'Assemblée nationale. Membre de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République.
  • Conseiller général du canton de Saint-Omer-Nord (à partir du 30 septembre 1945) ; membre de la commission départementale (1952).
  • Maire de Saint-Omer, dès la Libération de Saint-Omer[1]. Il ne se présenta pas aux élections municipales d'avril 1945, mais redevient conseiller municipal à partir du 19 octobre 1947. Il redevient maire après les élections municipales d'avril 1953.

Candidatures

Distinctions honorifiques

  • Chevalier de la Légion d'honneur, en qualité de président d'honneur de la fédération départementale des associations de sinistrés du Pas-de-Calais (décret du 6 août 1955, sur rapport du ministre de la reconstruction et du logement).

Galerie


Sources

Notes

  1. Installé maire à la Libération, avec le soutien de Pierre Bonhomme (alors responsable de la Résistance dans le secteur de Saint-Omer), malgré l'ouverture d'une information judiciaire (vers mars 1945) contre lui pour commerce et intelligence avec l'ennemi. Un non-lieu fut rendu vers le milieu de l'année 1946, par le magistrat instructeur.
PolitiquePicto.png