Bernieulles

De Wikipasdecalais
Aller à : navigation, rechercher
Bernieulles
Administration
Arrondissement de Montreuil-sur-Mer
Canton Canton de Berck
Ancien canton Ancien canton d'Étaples
Code Insee 62116
Code postal 62170
Intercommunalité Communauté de communes du Montreuillois
Statistiques
Population 195   hab.
Superficie 5,7 km2 
Densité 34,0  hab. par km2 
Autres
Site web Pas de site officiel


clocher de l'église
clocher de l'église

Territoire

Toponymie

  • Formes anciennes du nom de la commune [1] : Berniules, fin XIe siècle (Cartulaire de Saint-Georges, folio 22 recto), Bernelæ, 1125 (Abbaye d’Auchy), Berneules, 1141 (chartes de Samer, p.  30), Bernules, 1145 (chartes de Samer, p.  33), Berneulæ, 1199 (chartes de Samer, p.  52), Bernieules, 1289 (Cartulaire de Dommartin, folio 27 verso), Berniule, 1315 (av. de Maintenay), Bernieure, 1477 (cueilloir de l’hôt.-Dieu de Montreuil, folio 34), Berniullez, XIVe siècle (bull. histor. du Comité, 1897, p.  251), Bernyelles, 1535 (bull. Morinie, tome III, p.  48), Barnieulles, 1550 (coust. de Boulogne, p.  4 recto), Berniulles, 1559 (part. de Thérouanne, p.  344), Bernieulles, 1730 (archives de Béthune, GG. 55), Bernœulle, XVIIIe siècle (archives de Béthune, FF. 39) [2]. Anthroponyme germanique Berneola dérivé de Berno [3]
  • La Malmaison

Cadre administratif en 1789

Bernieulles, en 1789, faisait partie de la sénéchaussée de Boulogne, ancien ressort judiciaire des bailliages réunis du Choquel, Étaples et Bellefontaine et suivait la coutume de Boulonnais. Son église paroissiale, d'abord diocèse de Thérouanne, puis de Boulogne, doyenné de Frencq, était consacrée à saint Brice ; le prieur de Beussent présentait à la cure [4].

Géographie

Bernieulles panorama.JPG
  • L'implantation du bourg[5] :

Le bourg est situé au centre du territoire de la commune, à l'extrémité d'une maigre vallée quittant la Course et s'avançant au Nord-Ouest (parcours de la RD 147). Trois courtes dépressions, dans lesquelles s'engouffrent le Bois Pérard, le Bois de la Chapelle et le Bois de l'Orteil, en rayonnent et creusent le plateau qui borde le village à l'Est. D'où l'impression visuelle de la situation du bourg, encaissé en trois plateaux, l'un montant à l'Ouest vers la RD 901, les deux autres s'étalant vers le Nord-Est de part et d'autre du Bois de la Chapelle. Trois voies principales conduisent au village, qui, assez isolé, demeure en retrait des grands axes : la RD 147 et la RD 147E1 qui la relient à la RD 901, et la RD 147 qui mène à Beussent. La part la plus importante du village s'est construite dans le creux qui s'étale du Sud-Est au Nord-Ouest entre le plateau occidental et les plateaux orientaux (rue François Reisenthel, partie basse de la rue du Village, rue de la Cagne). Deux ensembles urbains concentrent néanmoins une part moindre de l'habitat sur le versant des plateaux orientaux. Au Nord-Est, la rue de l'Enclos, bordée de constructions essentiellement sur sa rive Sud, grimpe jusqu'à la ferme de l'Enclos sur le plateau d'Enguinehaut, constituant l'un des points de vue les plus intéressants quand le village est abordé depuis l'Ouest. Au Sud-Est, la rue des Malchaussés, la rue du Mont et l'extrémité de la rue Village grimpent sur les contreforts du plateau et dominent le bourg. C'est là que subsistent encore les ruines du château féodal.

  • Le bois de la Chapelle depuis la route d'Enguinehaut[6] :

La route reliant la ferme de l'Enclos au hameau d'Enguinehaut traverse un vaste plateau bordé au Nord-Ouest par la Bois de l'Orteil, et au Sud-Est par le Bois de la Chapelle. Celui-ci, situé au Nord-Est de la commune s'étale dans une étroite dépression descendant depuis l'entrée Sud d'Enguinehaut jusqu'au bourg. Le Bois de la Chapelle, qui s'allonge entre deux plateaux selon un axe Nord-Est/Sud-Ouest, est en raison de cet encaissement difficilement visible depuis la route. Il est entouré de terres agricoles et éloigné de toute habitation, à l'exception de son extrémité Sud qui avoisine un espace ancien du village, à savoir les ruines du château féodal et l'ancienne demeure des Guizelin, puis des Saint-Just (devenue aujourd'hui une maison de retraite).

  • Bernieulles vue depuis la Grande Pièce[7]:

La Grande Pièce est située à l'un des points culminants d'un vaste plateau qui s'étend de la vallée de la Dordogne à celle de la Course, et domine Bernieulles à l'Est. Deux voies la traversent d'Est en Ouest : la RD 147 et un chemin de terre reliant la rue de l'église à la RD 901. La position dominante du site offre un panorama sur les territoires orientaux et septentrionaux de la commune. À l'Est, les espaces agricoles recouvrant la Grande Pièce descendent vers la RD 901 et permettent d'en deviner la présence. Penchées par les vents marins, les silhouettes des arbres bordant l'ancienne RN 1 émergent de la nudité des terres ; au Nord-Est, les hélices des éoliennes de Cormont se hissent au-dessus de la ligne d'horizon raccourcie par la lente ascencion du terrain. Le bourg de Bernieulles, encaissé entre ce plateau, le plateau d'Enguinehaut et celui séparant le Bois de la Chapelle de la vallée de la Course, n'est pas visible à l'Ouest. La partie nord du village apparaît en revanche, et l'extrémité de la rue de la Cagne ainsi que la rue de l'Enclos qui grimpe vers la ferme du même nom se devinent à la naissance du plateau d'Enguinehaut. Quelques toits de pannes protégeant des maisons éparses s'offrent à la vue. La masse imposante de la ferme de l'Enclos émerge du Bois de l'Orteil. Au loin, le paysage s'ouvre au Nord, et l'on perçoit d'Ouest en Est, la Plaine de Bernieulles, le Bois de l'Orteil, et épousant la ligne d'horizon, le Bois d'Enguinehaut.

  • Pâtis de Haut. Pâtis de Bas. Bois Carlu.[8] :

À l'extrémité Sud du village, un chemin de terre longeant la ferme isolée de la Malmaison conduit sur les hauteurs d'un vaste plateau dénommées le Pâtis de Haut. Délimité à l'Est par la RD 901, cet espace dépouillé et constitué de terres agricoles baillayées par les vents, domine au Nord-Ouest les terres environnantes. Ces pâturages s'affaissent lentement jusqu'à une courte dépression qui s'allonge au pied du plateau de la Grande Pièce. Là se blottissent le Pâtis de bas et le Bois Carlu. Le Pâtis de Bas, voué également au pâturage, est cantonné à l'Ouest par un modeste bosquet et à l'Est par le Bois Carlu dont quelques cimes sont visibles depuis le Pâtis de Haut. Entre l'extrémité Sud du Bois et la Malmaison, le Bois des Moines occupe un court espace du versant du plateau. Au loin, les plateaux agricoles se succèdent, parsemés de quelques espaces boisés. Le bourg de Bernieulles, glissé entre les plateaux, demeure invisible depuis cette éminence. La ferme de la Malmaison doit son nom au bois qui recouvrait les terres environnantes. Cette forêt appartenait sous l'Ancien Régime à l'abbaye de Longvilliers, d'où sans doute l'appellation actuelle du Bois des Moines. Le défrichement s'est effectué dans la première moitié du XIXe siècle, sous l'impulsion notamment des Dixmude de Montbrun qui possédaient là des terres, avant d'en vendre une partie à Me Barry, notaire à Boulogne-sur-Mer qui fit construire la Malmaison[9].

Histoire

Les premières mentions écrites du village datent du XIIe siècle, mais dès le Xe siècle, Bernieulles fait partie des douze baronnies du Comté de Boulogne dont la dîme est perçue par l’Abbaye Saint-Wulmer de Samer-au-Bois et par le seigneur du lieu. Bernieulles est l'une des douze baronnies du Comté de Boulogne-sur-Mer. Elle passe à la famille des Créquy par le mariage de Françoise de Rubempré et de Jean VII de Créquy célébré le 1er septembre 1478.

Patrimoine

Habitat

Patrimoine religieux

  • l'église Saint-Brice
  • La chapelle funéraire Reisenthel
  • La chapelle seigneuriale des Créquy
  • Les calvaires :
    • Calvaire rue de l'église : dressé sur un socle pyramidal en briques au carrefour de la rue du GrandFossé et de la rue de l'église, à proximité de la parcelle 2008 AB 133, le calvaire est entouré d'une petite clôture fermée par un portillon. Posé sur une croix en béton, un christ de métal est tourné vers le Sud-Ouest (vers le bas de la rue de l'église). XXe siècle[10].

Patrimoine éducatif

Patrimoine commémoratif

Infrastructures et équipements

Vie quotidienne

Associations d'hier et d'aujourd'hui

Des hommes et des femmes

Démographie

Évolution démographique (Sources : Cassini[11] et INSEE[12])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
327 245 373 385 378 385 372 362 349 350
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
315 295 289 294 278 335 320 359 343 335
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
348 285 293 284 255 306 249 255 234 192
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
185 201 207 200 195
De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.


Les maires

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours David Caux    
1995 2014 Jean-Marie Mocq    
1989 1995 Jean-Claude Delattre    
1977 1989 Eugène Forestier    
1967 1977 Gustave Cappe    
1953 1967 Louis Bon    
1941 1953 Ernest Vasseur    
1919 1941 Paul Le Roux de Bretagne    
25 septembre 1917 12 février 1919 Honoré Morel    
28 novembre 1915 25 septembre 1917 Jules Merlot    
25 septembre 1915 28 novembre 1915 Isidore Haudiquet    
5 juin 1915 25 septembre 1915 Alexandre Broutier    
1887 1915 François Reisenthel    
1869 1887 Charles Crochart    
1863 1869 François Crochart    
1853 1863 Omer de Vissery de Bonvoisin    
1841 1853 Augustin Demerval    
1837 1841 Charles de Guizelin    
1830 1837 Augustin Demerval    
1815 1830 Henri de Crendal de Chambreuille    
1813 1815 François Blin    
1803 1813 Henri de Crendal de Chambreuille    
1793 1803 Pierre Bouret    
1791 1793 Pierre Fournier    
1790 1791 Abbé François Marie Grégoire Houzet    
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Les adjoints

Période Adjoints
2008 Jean-Pierre Gérôme David Caux
2001-2008 Cécile Gady-Lévêque Daniel Piton
1995-2001 Louis-Pierre Duval Cécile Gady-Lévêque
1991-1995 Cécile Gady-Lévêque Isabelle Grard-Crépin
1990-1991 Louis-Pierre Duval
1989-1990 Jeannette de Bretagne-Ledez Jacky Roussel
1983-1989 André Dupuis Stéphane Gronier
1977-1983 Michel Delattre André Dupuis
1971-1977 Eugène Forestier
1967-1971 Gérard Leroy
1965-1967 Gustave Cappe
1935-1965 René Vasseur
1929-1935 André Ficheux
1925-1929 Charles Vasseur
1919-1925 André Ficheux
1904-1919 Alexandre Broutier
1887-1904 Michel Clément
1865-1887 Narcisse Clément
1860-1865 François Crochart
1840-1860 Augustin Desmarest
1820-1827 Pierre Devaux
1804-1812 Nicolas Demerval

Les conseillers municipaux

Article détaillé : Liste des conseillers.

Les gardes champêtres

1950 : Jusserand René

1937 : Magnier Victor

1885 : Lemaître Paul Émile Marie

1862 : Delpanque André

1853 : Guilmant Jean-Pierre

1850 : Sailly Michel

1829 : Soudain André Barthélemy

1820 : Sarre Louis Joseph

1813 : Joyez Jean-baptiste - Sarre Pierre François

1803 : Lemaître Cyprien

Les secrétaires de mairie

Les secrétaires de mairie
1989 Michèle Calon-Gressier
1974 Daniel Fournier
1970 Yves Dersigny
1956 Mme Toulet
1943 Wilfrid Cazier
1941 Fernand Depersin
1931 Lucien Benier
1926 Abbé Fruchart
1916 Gayet
1890 Lucien Martin
1886 Édouard Drain
1884 Gustave Letoquart
1882 Théophile Landrieux
1881 Firmin Dalleu
1878 Aristide Émile Delaury
1876 Louis Joseph Parenty
1873 Octave Dumont
1872 Victor Dupont
1839 Édouard Gronier
1830 Édouard Dutertre
1813 Jean Martin Fourrier
1790 François Antoine Gomez

Les instituteurs depuis 1789

En 1986, disparition de la classe unique de Bernieulles.

En 1991, ouverture d'une classe rattachée au Regroupement Pédagogique Intercommunal (RPI) de la Vallée de la Course.

  • Mlle Barbet Cécile (1991-1997)
  • Mme Douay Melchior (1997-2005)
  • Mme Dupré Chantal depuis 2005

Les curés des XIXe et XXe siècles

Liste des carmes signalés dans les registres de catholicité de la paroisse

  • 1671 - Père Ange, carme de Bernieulles (Rodière - manuscrit - 12 J/MS 10 p.56)
  • 1703 - Révérend Père Antonin, religieux carme (13/02).
  • 1710 - Père Marc de Saint-Jean – Supérieur de la chapelle des Carmes de Bernieulles, desserviteur de la paroisse (8/10 – 31/10 – 4/11)
  • 1711 - Frère Louis de la Purification, religieux carme de Bernieulles (19/02)
  • 1713 - Arsène de Saint François – Supérieur de la chapelle des Carmes (5/07)
  • 1715 - id - Supérieur de la chapelle des Carmes de Bernieulles (6/09 - 15/09)
  • 1719 - Révérend Père Jean François de Saint Nicolas, carme de la chapelle (29/03). En 1725, il est infirme et dans l’impuissance de faire aucunes fonctions. A cette époque, réside aussi le Père Théodore de Saint Joseph, cité plus haut.
  • 1722 - Le 14 novembre, décède dans l’hospice des révérends pères carmes de Bernieulles, Antoine Pourre, 34 ans.
  • 1723 - Frère Théodore de Saint François (Rodière – manuscrit – 12 J/MS 10 p. 56)
  • 1725 - Père Christophe, prêtre religieux, Supérieur des Carmes de Bernieulles. Dans l’enquête de l’évêché, il est noté : l’autre, Père Christophe, il dit la messe les dimanches et festes pour la commodité du peuple, il entend les confessions, peut prêcher. Il est approuvé de sa Grandeur. Il est présent jusqu’en 1735. (27/11/1732 – 3/02/1733 – 13/03/1735)
  • 1738 - Père Ange de Saint Joseph – religieux carme de Bernieulles. (11/12)
  • 1740 - Père Eustache de Saint Alexis (9/01)
  • 1747 - Du 21 juillet de cette année au 11 mars 1752 (le curé Leduc étant décédé le 19 février) la paroisse est administrée par les religieux carmes qui, selon Rodière, sont une dizaine à résider au couvent. Il semble, d’après les registres, qu’il s’agisse plutôt d’une rotation des effectifs de la communauté de Montreuil. Frère Cajetan de Sainte Rose – Il intervient onze fois du 30/08/1747 au 21/10/1750.
  • 1748 - Frère Justin, religieux carme, vicaire de la chapelle. Frère Stanislas de St Claude – Il intervient treize fois du 24/11/1748 au 19/04/1751. Le 24/11/1748, il signe : vicaire des carmes de Bernieulles. Frère Géry de Saint Augustin, religieux et carme de Bernieulles. Il intervient quatre fois du5/12/1748 au 28/03/1749.1749 – Frère Damien de Saint Joseph, carme chaussé de la Province de France, religieux carme de Montreuil (13/04); Frère Jean de Saint Philippe, religieux carme de la chapelle de Bernieulles. Il intervient douze fois du 19/05/1749 au 5 mars 1751. On le retrouve le 12/03/1760. Frère Bernard de Saint Félix, religieux carme de la chapelle. Il intervient dix fois du 9/11/1749 au 8/10/1753.
  • 1751 - Frère François Xavier de Saint Joseph. Il intervient cinq fois du 9/03/1751 au 11/03/1752. On le retrouve encore présent le 1 mars 1754. Frère Constantin de Saint Jean Baptiste, religieux carme. Il intervient trois fois du 20/07/1751 au 27/11/1751. Frère Romain de Sainte Thérèse, religieux carme. Il intervient quatre fois du 6/11/1751 au19/02/1752. Il signe vicaire et desserviteur.
  • 1755 - Frère Eugène de Saint Joseph intervient le 8/11/1755. Il décède au Couvent, le 23 janvier 1773 - (voir l’acte cité plus haut ).
  • 1768 - Frère Eustache Ledoux de St Barthelémy, vicaire en 1773 jusqu’en 1775. Frère Arnould de Saint Philippe – Frère Arnould Duquesne 1770 et 1771)
  • 1770 - Frère Cirillo Fontaine, vicaire de l’hospice de Bernieulles le 11 janvier 1770, encore présent le 5/01/1786
  • 1772 - Père Denis de la Place
  • 1773 - Frère Ursin François que l’on retrouve encore le 29 Août 1782.
  • 1778 - Frère Albert Morel
  • 1786 - Le 5 janvier est décédé en la chapelle de Bernieulles, frère Joachim Pruvot, laïc carme chaussé, âgé d’environ 68 ans, profès en 1743. Il est inhumé le lendemain dans le cimetière paroissial par le Frère Cirillo Fontaine, vicaire de ladite chapelle, en présence du sieur curé et de François Gomez.
  • 1787 - Frère Ambroise Ghislain François Puchois, carme et vicaire de la chapelle le 24 avril 1787, huit jours après le décès du curé Dhoyer. Il interviendra dans la paroisse jusqu’au 23 novembre 1791. Il émigre et revient à Bernieulles après la Révolution. Le 29 nivôse de l’An 11 (19 janvier 1803), le maire Bouret enregistre son décès : ex carme, décédé ledit jour à sept heures du matin, profession de religieux, âgé de 64 ans, né à Mazières, département du Pas-de-Calais, demeurant à Bernieulles, sur la déclaration à moi faite par le citoyen François Houzet demeurant à Bernieulles, profession de prêtre qui a dit être ami dudit Puchois et par le citoyen Jean Baptiste Sueur demeurant audit Bernieulles, profession de propriétaire qui a dit être voisin du susdit et ont signé. C’est après son décès que le Couvent des Carmes, inhabité, fut démantelé, aux environs de 1825.

Les natifs de Bernieulles décorés de la Légion d'Honneur

Galerie photo

Vers la galerie d'images...

Notes et liens

Bibliographie

  • René Gest, « "Ung cop ou chief" à Bernieulles », Dossiers historiques et archéologiques, Amis du Passé, 1-1973, p.  4-5.
  • Christian Gonsseaume, : « Bernieulles » dans Répertoire iconographique et statuaire du Pays de Montreuil, Sucellus, n° 52, 2001, AMPBBE, p.  4-8.
  • Albert Leroy, Les vieilles fermes du Pays de Montreuil, 1972, t. 1, 271 p. 
  • Dr Jean-Marie Mocq, « François Reisenthel. Maire de Bernieulles de 1887 à 1915 », Dossiers archéologiques historiques et culturels du Nord et du Pas-de-Calais, n° 35, 1992, p.  2-16.
  • Michel Champagne, Histoire généalogique de la maison de Bernieulles (Boulonnais, Artois), Groupement Généalogique de la Région du Nord, Collection de travaux et études généalogiques, 2001, 35 pages.
  • Dr Jean-Marie Mocq, « Bernieulles. Balade dans les jardins millénaires de son histoire », Mémoire d'Opale, 2009, 466 pages.
  • Dr Jean-Marie Mocq, « Bertrandon de la Broquière et Catherine de Bernieulles », Mémoire d'Opale n° 2, 2010, p.  59-61.
  • Daniel Piton, « Restauration du "petit patrimoine rural", la chapelle Reisenthel de Bernieulles », Sucellus, 56, 2005, AMPBBE, p.  70-71
  • Michelle Piton-Caron, « Famille Joyez. La branche de Bernieulles », Mémoire d'Opale n° 1, 2009, p.  32-45.

Liens externes

Fiche de l'Insee

Notes

  1. Présentation de la forme ancienne du nom de la commune : Graphie ancienne, année de la mention, source dans laquelle apparaît la mention.
  2. Auguste comte de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, 1907 Page 45
  3. Jacques Mahieu, Noms des lieux des cantons d'Étaples et d'Hucqueliers et de leurs confins ainsi que du littoral du Marquenterre, Mémoire d'Opale n° 3, 2011, p. 22-39
  4. Auguste comte de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, 1907 Page 45
  5. Communauté de communes du Montreuillois / GRAHAL (mission de recensement du patrimoine architectural, urbain, paysager) 2007-2009.
  6. Communauté de communes du Montreuillois / GRAHAL (mission de recensement du patrimoine architectural, urbain, paysager) 2007-2009.
  7. Communauté de communes du Montreuillois / GRAHAL (mission de recensement du patrimoine architectural, urbain, paysager) 2007-2009.
  8. Communauté de communes du Montreuillois / GRAHAL (mission de recensement du patrimoine architectural, urbain, paysager) 2007-2009.
  9. Albert Leroy, Vieilles fermes du Pays de Montreuil, Montreuil-sur-Mer, 1972, p. 174
  10. Communauté de communes du Montreuillois / GRAHAL (mission de recensement du patrimoine architectural, urbain, paysager) 2007-2009.
  11. Population avant le recensement de 1962
  12. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  13. Dr Jean-Marie Mocq, Bernieulles. Balade dans les jardins millénaires de son histoire, Mémoire d'Opale, 2009