Béthune

De Wikipasdecalais
Aller à : navigation, rechercher
Béthune
Administration
Arrondissement de Béthune
Canton Canton de Béthune
Ancien canton Ancien canton de Béthune-Nord
Code Insee 62119
Code postal 62400
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Artois
Statistiques
Population 25 697   hab.
Superficie 9,5 km2 
Densité 2 716,4  hab. par km2 
Autres
Site web Site officiel


Béthune
La Grand-place de Béthune avant 1914

Territoire

  • Par décret du 22 juillet 1966 une partie du territoire d'Essars (87 hectares 65 centiares, comprenant 10 habitants) a été rattachée à la ville de Béthune.

Toponymie

Géographie

Histoire

Béthune, une ville ancienne aux traditions bien ancrées

Des seigneurs à l’émancipation communale

Ancienneté, richesse et tradition sont les termes qui caractérisent le mieux l’histoire d’une ville dont les origines sont mal connues. Une histoire qui remonte au temps des seigneurs qui ont octroyé à la cité le droit d’édifier un beffroi dès 1346. Une cité qui allait peu à peu s’émanciper de la tutelle seigneuriale pour prendre son envol.

Béthune, ville industrielle et commerçante qui occupait une position stratégique, a été profondément marquée par une tradition qui se perpétue depuis 1188, celle des Charitables.

Une ville fortifiée

C’est pour se défendre que Béthune s’est entourée de fortifications. Des fortifications nécessaires dans un contexte belliqueux. Dans son histoire, Béthune a été régulièrement assiégée. La cité a notamment été prise dans la tourmente de la guerre de cent ans. Dès le XVIe siècle, l’empereur germanique Charles Quint puis Vauban ont achevé de faire de Béthune une véritable forteresse. Des fortifications qui obligèrent la cité à se replier sur elle-même et entraver la modernisation de la ville pendant des siècles.

Il faut finalement attendre la fin du XIXe siècle pour que le Maire Charles Dellisse-Engrand ordonne la démolition des remparts.

Le souffle du développement économique

Tout au long de son histoire, Béthune a grandi grâce à la prospérité d’activités spécifiques. Brasseries, tanneries, fonderies, horlogerie, pesage…des activités qui faisaient partie du paysage économique d’un arrondissement longtemps considéré comme le premier de France. Une prééminence confirmée par le Ministre du commerce Georges Bonnefous lors de l’inauguration en 1929 du bâtiment abritant la Chambre de Commerce. Au XIXe siècle, c’est l’essor de l’industrie sucrière qui marquait les esprits dans l’ancien couvent des récollets qui existe encore.

Comment ne pas évoquer l’activité batelière dont l’importance était symbolisée par la présence d’une gare d’eau. La Lawe a joué un rôle important pour la cité qui a eu le statut de premier port fluvial du département. Dans un contexte marqué par le développement minier, Béthune était devenu un centre de batellerie. Une activité qui se concentrait dans le quartier de Catorive. Ce n’est donc pas un hasard si la ville est aujourd’hui le siège des Voies Navigables de France. Un siège inauguré par Bernard Bosson ministre des transports le 26 janvier 1995.

Les années 1920 ou le renouveau architectural

La première guerre mondiale marqua profondément la cité. Béthune, ville martyre, fut menacée par les Allemands et bombardée en 1918. 90 % du centre ville était détruit, laissant un spectacle de désolation.

Entre 1920 et 1927, Béthune fut reconstruite par un groupe d’architectes dirigé par Jacques Alleman, Léon Guthmann, Paul Dégez et Louis-Marie Cordonnier. A côté de la reconstruction de la Grand Place dans un style art déco, de nombreux édifices ont été reconstruits et inaugurés : ce fut le cas pour le monument aux morts le 11 novembre 1928, l’église Saint-Vaast en 1927 ou encore l’Hôtel de Ville le 7 avril 1929. Des édifices qui marquent encore aujourd’hui le paysage béthunois.

Le renouveau de l’après-guerre

Renouveau... C’est le terme qui convient le mieux pour qualifier la situation après le second conflit mondial. Un conflit marqué dans la cité de Buridan par l’occupation allemande.

Après 1945, Béthune va connaître un véritable développement, symbolisé par un renouveau industriel et urbain. Au niveau urbain, l’exemple de l’aménagement de la Zone à Urbaniser en Priorité au Mont-Liébaut dès les années 1960 est particulièrement significatif. La ZUP offrait toutes les caractéristiques de l’architecture traditionnelle des grands ensembles des années soixante (barres et tour).

L’inauguration le 21 septembre 1961 de l’usine Firestone témoigne du développement économique de la cité. Un développement rendu possible par la mise en place d’un réseau ferroviaire depuis le XIXe siècle. Une frénésie ferroviaire qui a laissé des traces dans le paysage. L’exemple de l’ancienne friche SNCF de la Rotonde à l’architecture imposante reconvertie en centre commercial dans les années 1980 témoigne de ce passé industriel riche.

Une richesse célébrée par la ville dans les années soixante. En effet, du 14 au 21 juin 1964, Béthune fêtait son expansion économique, sociale, urbaine, culturelle, scolaire et sportive. Une ville entrée aussi dans l’histoire sportive du pays vingt ans après en accueillant le 2 juillet 1984 l’arrivée d’une étape du 71e tour de France.

En juillet 2005, la ville a écrit une nouvelle page de son histoire : c’est à cette date que le beffroi a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Un classement en forme de reconnaissance pour une cité qui a traversé les siècles en accueillant des personnalités aussi diverses que Raymond Poincaré (1919), Charles de Gaulle (1945) ou encore François Mitterrand (1988).

Patrimoine

Lieux

  • Jardin public (la grille d'honneur et le kiosque à musique ont été inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 29 octobre 1975).

Habitat

  • Hôtel de Beaulaincourt
  • Maison, sise 21 rue de la Délivrance (la façade sur cour a été inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 9 septembre 1986)
  • Plusieurs édifices de la Grand-Place ont été inscrits ou classés au monument historique en 2001.

Patrimoine religieux

Patrimoine éducatif

  • École maternelle publique Charlemagne
  • École maternelle publique Ferdinand Buisson
  • École maternelle publique Jules Ferry
  • École maternelle publique Jules Michelet
  • École maternelle publique Louis Pasteur
  • École maternelle publique Madame de Sévigné
  • École primaire privée Notre-Dame-de-Lourdes
  • École primaire privée Saint-Christophe
  • École primaire privée Saint.Vaast-Saint.Dominique
  • École primaire privée Sainte-Famille
  • École primaire publique Charlemagne
  • École primaire publique Ferdinand Buisson
  • École primaire publique Jules Ferry
  • École primaire publique Jules Michelet
  • École primaire publique Louis Pasteur
  • École primaire publique Paul Bert
  • École primaire publique Verquigneul
  • École primaire publique Victor Hugo
  • École élémentaire spécialisée Sévigné mixte
  • Collège George Sand
  • Collège Paul Verlaine
  • Collège Saint-Vaast Saint-Dominique
  • Collège Sainte-Famille
  • Lycée André Malraux
  • Lycée Louis Blaringhem
  • Lycée privé Saint-Vaast-Saint-Dominique
  • Lycée professionnel André Malraux
  • Lycée professionnel Salvador Allende
  • Centre d'information et d'orientation de Béthune

Patrimoine économique

Moulins, gares, forges, brasseries, ...

Patrimoine militaire

  • Bastion Saint-Pry (inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 26 février 1993)
  • Caserne Chambors (ancienne) (les façades et toitures du bâtiment subsistant ont été inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 28 décembre 1984)
  • Ancienne tour Saint-Ignace (inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 24 février 1969)

Patrimoine judiciaire

tribunal, prison, ...

Patrimoine ethnographique

Coutumes et traditions : pratiques locales, costumes, musique, sports, gastronomie, folklore, fêtes traditionnelles, ...

Patrimoine commémoratif

Économie

Données actuelles

Infrastructures et équipements

Culture

Économie

  • Chambre de commerce et d'industrie de Béthune
  • Zone d'activités la Rotonde I
  • Zone d'activités la Rotonde II
  • Parc Washington (Bridgestone) (94 hectares)
  • Technoparc Futura I (20 hectares)
  • Technoparc Futura II (24 hectares)
  • Parc Fleming (19 hectares)
  • Port fluvial
  • Zone d'activités Beaumarais

Vie quotidienne

Associations d'hier et d'aujourd'hui

Anciennes associations étrangères

Des hommes et des femmes

Démographie

Évolution démographique (Sources : Cassini[1] et INSEE[2])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
6 932 6 046 6 379 6 319 6 889 6 805 7 448 7 727 7 692 7 720
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
8 264 8 178 8 410 9 315 10 374 10 917 11 098 11 627 12 404 13 607
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
15 309 16 795 20 141 19 956 20 073 22 081 22 376 23 445 27 154 26 982
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
25 508 24 556 27 808 27 900
De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.


Personnes

Élections municipales

Les maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 2014 en cours Olivier Gacquerre UDI  
mars 2008 mars 2014 Stéphane Saint-André PRG  
2002 2008 Jacques Mellick    
1997 2002 Bernard Seux    
1996 1997 Claude Lagache    
1993 1996 Jacques Mellick    
1993 1993 Bernard Seux    
1977 1993 Jacques Mellick    
1971 1977 Paul Breynaert    
1951   Henri Pad    
1944 1951 Anselme Beuvry    
    Charles Chartiez    
1925 1935 Alexandre Ponnelle    
1919 1925 Jules Senis    
1907 1912 Jules Senis    
1892 1907 Alfred Légillon    
1888 1892 Eugène Haynaut    
1879 1888 Oscar Dupuich    
1878 1879 Aristide Hurbiez    
1870 1871 Charles Hanon    
1871 1878 Charles Dellisse-Engrand    
1837 1862 Henry de Bellonnet    
1832 1836 Éloi Boidin    
1826 1830 Alexandre de Baynast    
1830 1832 Alexandre Lemaire    
1815 1826 Jean-Baptiste Delalleau    
Juin 1815   Alexandre Lemaire    
1800 1815 Jean-Baptiste Delalleau    
1795 1799 André Carpentier    
1793 1795 François de Bailliencourt[3]    
1792 17939 Benoît Broudou    
1790 1792 Antoine de Bailliencourt[4]    
1789 1790 Éloy Boidin    
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Les adjoints au maire

  • 1953 [5] : Émile Vanrullen, Aristide Mahieu, Aimé Duvivier, Julien Martin, Jean Delhaye.
  • 1959 [6] : Émile Vanrullen, Aristide Mahieu, Jean Delhaye, Roland Piel, Jean Lefebvre, Gustave Clay.
  • 1959-1971 [7]: André Bréhon (comptable), Marcel Beck (retraité), Simon Puchalski (ingénieur), Paul Hernu (chef de section aux Ponts et chaussées), Jean Guisnet (ingénieur Électricité de France), Annie Morel (professeur).
  • 1971 [8] : André Bréhon, Marcel Beck, Simon Puchalski, Paul Hernu, Jean Guisnet, Annie Morel.
  • 1983 [9] : Bernard Seux, Daniel Dorfin, Paul Hernu, Robert Petit, Jacqueline Hémery-Varlet, Alfred Mesurolle, Amaury Briche, René Bargeton, Fernand Cointe.

Les natifs de Béthune décorés de la Légion d'Honneur

Voir article détaillé : Béthunois décorés de la Légion d'Honneur

Autres personnes

Galerie photo

Vers la galerie d'images...

Notes et liens

Bibliographie

  • Odile Devisscher, Les journaux de Béthune et de ses environs pendant le siècle d'or de la presse (1814-1914) : un exemple de l'essor de la presse de province, Mémoire de Master présenté à l'Université d'Artois sous la direction de MM. Michel Pierre Chélini et Olivier Tort, 2012, 241 pages.
  • Ludovic Notte, « Un diagnostic sur la grand-place de Béthune (février 2005) », dans Histoire et archéologie du Pas-de-Calais, Dainville, Commission départementale d'histoire et d'archéologie, 2012, tome XXX, pages 11-39.
  • Vincent Vaiana, « La céramique médiévale de la grand-place de Béthune (diagnostic de février 2005) », dans Histoire et archéologie du Pas-de-Calais, Dainville, Commission départementale d'histoire et d'archéologie, 2012, tome XXX, pages 41-51.
  • Jean Vavasseur-Desperriers, « Béthune en mai 68 », dans le Guetteur de Béthune, n° 42, décembre 2013, pages 10-14.
  • Jean Vavasseur-Desperriers, « Béthune en mai 68 (seconde partie) », dans le Guetteur de Béthune, n° 43, février 2014, pages 12-16.
  • André Duwez, « Le train à Béthune », dans le Guetteur de Béthune, n° 42, décembre 2013, pages 6-9.
  • André Duwez, « Le train à Béthune (deuxième partie) », dans le Guetteur de Béthune, n° 43, février 2014, pages 6-10.
  • André Duwez, « Tanneries, environnements, reconversions... Quatrième partie. », dans le Guetteur de Béthune, n° 41, septembre 2013, pages 6-9.
  • Alain Decaix, « Quand Louis XVIII fuit devant Napoléon : Béthune vu par Aragon. Quatrième partie », dans le Guetteur de Béthune, n° 41, septembre 2013, pages 10-14.
  • Bernard Haquette, « La sang neuf de Béthune. Immigration et nouveaux bourgeois dans une ville moyenne du comté d'Artois (1349-1500) », dans Histoire et Archéologie du Pas-de-Calais, Bulletin de la Commission départementale d'histoire et d'archéologie du Pas-de-Calais, tome XXXII, année 2014, pages 93-126.
  • Jean Vavasseur-Desperriers, « Autour du Jardin public de Béthune », dans Le Guetteur de Béthune (bulletin du comité historique et artistique de Béthune et sa région), n° 49, 2015, pages 6-9.
  • André Duwez, « Béthune au premier plan de l'industrie sucrière au 19e siècle... », dans Le Guetteur de Béthune (bulletin du comité historique et artistique de Béthune et sa région), n° 49, 2015, pages 10-14.
  • André Duwez, « des moulins, à Béthune », dans le Guetteur de Béthune au-dessus des caves du beffroi, Comité historique et artistique de Béthune et sa région, n° 55, janvier 2017, pages 13-16 et n° 56, mars 2017, pages 4-6.
  • Jean Vavasseur-Desperriers, « A 10 km du front : la Grande Guerre à Béthune en 1915-1917 », dans le Guetteur de Béthune au-dessus des caves du beffroi, Comité historique et artistique de Béthune et sa région, n° 55, janvier 2017, pages 9-12 et n° 56, mars 2017, pages 7-10.
  • Jean-Louis Lugez, « La Collégiale Saint-Barthélémy de Béthune », dans Le Guetteur de Béthune au-dessus des caves du beffroi, n° 58, novembre 2017, pages 12-16.

Sources

Liens internes

Liens externes

Fiche de l'Insee

Notes

  1. Population avant le recensement de 1962
  2. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  3. François de Bailliencourt dit François Courcol.
  4. Antoine de Bailliencourt dit Antoine Courcol.
  5. Recueil des actes administratifs de la préfecture du Pas-de-Calais. Numéro spécial du 5 août 1953. Tableau nominatif des maires et adjoints du département du Pas-de-Calais élus en 1953.
  6. Recueil des actes administratifs de la préfecture du Pas-de-Calais. Numéro spécial. Tableau nominatif des maires et adjoints du département du Pas-de-Calais élus en 1959.
  7. Archives départementales du Pas-de-Calais, 1236 W 89 : Résultats d'élections dans l'arrondissement de Béthune, analyse depuis 1949.
  8. Recueil des actes administratifs de la préfecture du Pas-de-Calais et Bulletin d'informations administratives. Tableau nominatif des maires et adjoints du département du Pas-de-Calais élus en 1971.
  9. Recueil des actes administratifs de la préfecture du Pas-de-Calais de 1983. Tableau nominatif des maires et adjoints élus suite au renouvellement général des conseils municipaux des 6 et 13 mars 1983.