Fernand Bar

De Wikipasdecalais
Révision de 27 novembre 2021 à 16:30 par IvanP (discussion | contributions) (ajout permalien)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

État civil

Fernand Paul Martial Bar est né le 28 avril 1853 à Béthune, fils de Martial Eugène Bar (marchand tanneur) et d'Augustine Florentine Caron. Il est mort d'une embolie le 24 avril 1926 à Béthune dans sa demeure de la rue de la Délivrance. Une demi-heure avant son décès, il avait appelé auprès de lui le docteur Louis Thilliez qui lui avait conseillé de prendre du repos.

Parcours professionnel et divers

  • Études au collège de Béthune, puis au collège d'Arras. Bachelier ès-sciences.
  • Tanneur à Béthune.
  • Président de la commission de ravitaillement de l'arrondissement de Béthune (nommé en 1901).
  • Vice-président de la commission administrative du bureau de bienfaisance de l'hôpital hospice de Béthune (à partir de 1895) ; vice-président de l'hôpital hospice de Béthune (à partir de 1900).
  • Membre de la Chambre de commerce de Béthune. Administrateur de la Banque de France. Président du comité local de la Ligue contre la tuberculose. Administrateur de l'asile de Saint-Venant. Président de la commission d'arrondissement des allocations militaires. Président-fondateur de la société de tir Les Volontaires Béthunois (1875) ; sous-directeur, puis directeurs de six concours nationaux de tir ; membre du conseil d'administration de l'union des sociétés des tir de France dès sa fondation en 1886.

Parcours politique

  • Tendance politique : radical. Il s'engagea en politique à 22 ans, comme secrétaire du comité républicain (dont le président était le docteur Eugène Haynaut).
  • Vice-président de la ligue républicaine du canton de Béthune (1897), puis président (1899).
  • Délégué cantonal (à partir de 1885).
  • Conseiller municipal de Béthune (à partir de 1892 dans le fauteuil occupé précédemment par son père).
  • Conseiller général du canton de Béthune (31 juillet 1898 à 1910, battu par Ludovic Boutleux).
  • Député du Pas-de-Calais (du 20 mai 1906 au 31 mai 1910, au sein du groupe Gauche démocratique, puis du 24 avril 1910 au 31 mai 1914, au sein du groupe radical). Membre des Commissions des Mines, des Postes et Télégraphes et des Pensions civiles.

Distinctions honorifiques

  • Chevalier de la Légion d'honneur par décret du 19 janvier 1901 sur rapport du ministre de la Guerre. Officier de la Légion d'honneur par décret du 30 octobre 1920 sur rapport du ministre de l'Intérieur, pour avoir contribué au bon fonctionnement de l'hôpital hospice de Béthune durant la Grande Guerre.
  • Officier d'académie (1884). Officier du Nicham Iftikar (1904). Médaille d'argent du ravitaillement (1918), médaille de vermeil du ravitaillement (1919) ; médaille d'argent de l'assistance publique (1918). Officier honoraire de l'ordre de l'Empire britannique (1919).


Sources